J'Aime Narbonne
"L'esprit d'ouverture" - Page du groupe d'opposition municipale
18 avenue Pierre-Sémard - 11100 NARBONNE

GRANDE SALLE MULTIMODALE :
UN RETARD QUI POSE QUESTIONS

24 mars 2017

Que signifie la décision de reporter de trois mois la désignation du projet de grande salle multimodale ?

Les explications fournies par MM. MOULY et MALQUIER sont bien imprécises (lire l'article de presse ci-contre).

On nous explique qu'aucun des projets ne s'inscrit parfaitement dans le cahier des charges concocté par la mairie. Mais alors comment MM. MOULY et MALQUIER ont-ils pu annoncer dans leur rapport d'orientations budgétaires, que cette grande salle coûterait précisément 23,5 millions d'€ ? Curieux non ?

On peut légitimement se demander si'l n'y aurait pas quelques raisons cachées à ce report ? La suite permettra peut-être d'éclairer les Narbonnais, déjà fort inquiets par rapport au coût colossal d'un équipement dont l'utilité reste à démontrer.

Ceci étant dit, une chose est sûre : présenté comme la réalisation phare du mandat, il apparaît que ce projet a été très mal conçu et engagé. D'une part le choix d'un marché de conception réalisation est sujet à caution pour un tel projet. Par ailleurs, souvenons nous que M. MOULY n'avait même pas prévu d'y adjoindre un bassin de rétention des eaux, pourtant obligatoire dans cette zone soumise aux risques d'inondations. Et maintenant, on nous explique qu'aucun des cinq groupements d'architectes et entreprises appelés à concourir n'auraient pas été en capacité de présenter une solution technique adéquate. Cela fait beaucoup à ce stade...

Il y a tout lieu d'être sceptique sur la suite de cette opération, sachant que d'ores et déjà, la salle n'ouvrira pas ses portes le 18 décembre 2018 ainsi que M. MOULY s'y est engagé avec force publicité sur de coûteux panneaux d'auto promotion. Encore une dépense inutile dont on mesure aujourd'hui la vanité. Pour ceux qui en doutaient encore, la démonstration est faite que la communication de M. MOULY ne sert qu'à essayer de camoufler une incapacité à gérer la ville.
 

A NARBONNE-PLAGE, LA MAIRIE PRÊTE À AUTORISER
UNE
GRANDE SURFACE SUR LE PARKING DES LAVANDES

17 mars 2017

Non content d'avoir cédé le parking des Lavandes à un promoteur pour établir une nouvelle résidence, la mairie serait prête à autoriser une grande surface commerciale sur ce même lieu.

Cette éventualité crée une vive émotion dans la station où l'Association des commerçants et artisans n'entend pas laisser faire cette nouvelle aberration à Narbonne-Plage (voir article ci-dessous).

Après avoir stoppé la modernisation de la station lancée de belle manière par l'équipe de Jacques BASCOU, la municipalité de M. MOULY est prête maintenant à déséquilibrer et déstabiliser le commerce local, tandis que le premier adjoint M. MALQUIER, agent immobilier, ne manque pas une nouvelle occasion de satisfaire son milieu professionnel.

C'est hélas une constante de la gestion incompétente de Nouveau Narbonne : ne rien faire ou mal faire...

PARKING DE MARAUSSAN MORNE PLAINE !

9 mars 2017
 

Le nouveau parking du boulevard Maraussan

a tout l'air d'un flop si l'on en croit L'Indépendant de ce matin. Mais M. MOULY et NN vont sans doute geindre une fois de plus contre la presse...
 

STATIONNEMENT : LA MAIRIE NE S'INTERDIT RIEN...
MÊME PAS D'ACCABLER D'AMENDES LES AUTOMOBILISTES ?

10 mars 2017

L'adjoint au maire Eric PARRA

klaxonne ce matin dans la presse et annonce une "refonte totale du stationnement avec des mesures révolutionnaires". Il ajoute : On ne s'interdit rien"...
Aie ! Un tel volontarisme pétaradant mérite d'être souligné, mais toute la question est de savoir ce que ne s'interdit pas M. PARRA.
Le pire est à craindre puisque M. MOULY a écrit noir sur blanc qu'il entend financer une partie de sa salle multimodale du Parc des Sports avec les recettes des amendes de stationnement, à hauteur de 1 million d'euros par an.
Quand M. PARRA klaxonne, méfiance !

"SPORTFOLIO" S'ARRÊTE : ENCORE
UN
ÉVÉNEMENT MAJEUR QUI DISPARAÎT DE NARBONNE

7 mars 2017
 

La triste nouvelle est tombée la semaine dernière : le festival Sportfolio n'aura pas lieu cette année et se trouve très fortement compromis dans l'avenir.

 
Dans son édition du 7 mars, le journal l'Indépendant propose un dossier très complet et documenté sur les raisons de l'arrêt de ce festival international de la photo sportive, lancé en 2012 sous l'égide de la municipalité de Jacques BASCOU.
 
A la lecture de cet article, il apparaît que la mairie de Narbonne, et son maire M. MOULY au premier chef, n'ont pas agi de la meilleure des manières afin de préserver cette manifestation qui contribuait au rayonnement de Narbonne, mais aussi au developpement de l'activité touristique d'avant saison.  
 
On se souvient que la première décision de M. MOULY,  après son élection en mars 2014, avait été d'annuler l'édition de Sportofolio 2014, sur un coup de tête. Sous la pression de l'opinion et des milieux économiques, le maire était finalement revenu sur cette décision arbitraire et Sportfolio semblait à nouveau remis sur de bons rails, avec le soutien de nombreux partenaires dont le Grand Narbonne, le Conseil départemental et la Région Occitanie. 
 
Hélas, alors que des difficultés sont intervenues au sein même de l'organisation, M. MOULY ne semble pas avoir eu le rôle conciliant qui aurait dû être le sien. Avec pour conséquence, que le festival n'aura pas lieu cette année et qu'il sera désormais très difficile de lui redonner vie.
 
La réalité est là devant nos yeux : après le Festival Trenet, la Biennale de l'Aquarelle, le festival Horizon Méditerranée, disparait un autre événement qui faisait rayonner Narbonne au plan national et international.  
 

LES DANGERS DE LA SALLE MULTIMODALE :
M. MOULY S'ENFONCE
DANS SON DéNI DE LA RÉALITÉ... IL N'EST PLUS PERMIS D'EN RIRE

28 février 2017
 

L'incompétence et la malhonnêteté, 

dénoncées par J'Aime Narbonne lors d'une récente conférence de presse, ont été manifeste de la part de M. MOULY, mais aussi de son premier adjoint M. MALQUIER, lors du conseil municipal du mercredi 1er mars, convoqué à la demande du Préfet pour refaire le Débat d'orientations budgétaires que M. MOULY avait tronqué et escamoté lors de la séance du 19 janvier. 
 
Alors que J'Aime Narbonne soulève légitimement les risques d'endettement que font courir aux Narbonnais MM. MOULY et MALQUIER, en s'entêtant dans la construction d'une salle multimodale pharaonique à plus de 23 millions d'euros, ni M. MOULY ni M. MALQUIER n'a apporté la moindre réponse susceptible de calmer ces craintes (lire ci-dessous l'intervention de Nicolas SAINTE-CLUQUE, porte parole du groupe J'Aime Narbonne).  
 
Au contraire, MM. MOULY et MALQUIER n'ont cessé d'utiliser des moyens dilatoires et de créer le trouble tout au long de cette séance, avec en point d'orgue, une attaque en règle de M. MOULY envers la presse. Le maire a ciblé nommément un journaliste et l'accusant à tort de mensonges, ce qui a entraîné une réaction sévère de la rédaction (voir article de presse ci-joint).
 
Malheureusement M. MOULY s'enfonce dans son déni de la réalité et se montre prêt à tout pour construire cette salle multimodale aberrante. 
 
Bien entendu, J'Aime Narbonne n'en reste pas là car il est inconcevable que les équilibres financiers de la Ville puissent être sérieusement et durablement compromis, avec des conséquences certaines sur la fiscalité des ménages et un frein au développement de Narbonne. Si M. MOULY se croit malin à créer le trouble et la diversion, les Narbonnais n'ont nullement envie de rire de ses sautes d'humeur. La population sera mise au courant des risques d'une politique suicidaire, tandis que l'ensemble des élus, lors du vote du budget le 15 mars prochain, devra assumer ses responsabilités face aux citoyens.  

 

INTERVENTION DE NICOLAS SAINTE-CLUQUE

AU CONSEIL MUNICIPAL DU 1er MARS 2017

 
Contrairement à ce que vous tentez de faire croire à notre assemblée et aux personnes présentes dans la salle, le nouvel examen du Débat d’Orientation Budgétaire n’a pas lieu pour des raisons purement formelles mais pour des raisons de fond.
 
Monsieur le Maire, dans la mesure où vous me classez dans les « donneurs de leçons », ce qui pour moi est un compliment, permettez-moi de vous dire de vive voix que vous avez fait preuve lors du conseil municipal du 19 janvier dernier d’incompétence doublée d’une dose de malhonnêteté.
 
D’incompétence car vous avez de façon autoritaire ordonné abusivementet sans motif sérieux le huis clos en omettant de le soumettre au vote de notre assemblée.
 
De malhonnêteté, car vous avez délibérément présenté un rapport d’orientation budgétaire tronquéqui devait pourtant servir de base au débat d’orientation budgétaire.
 
Ce document biaisé qui a été retoqué par la Préfecture suite à l’envoi d’un courrier circonstancié de notre groupe n’avait qu’un but : celui de cacher aux Narbonnais la vérité sur la situation financière de la Ville.
 
Malgré quelques enrichissements et corrections, le rapport d’orientation budgétaire que vous présenté reste largement opaque et incohérent, mais surtout extrêmement inquiétant sur l’état de santé de la ville !
 
Ainsi, apprend-on que la capacité d’autofinancement nette de 2016 et celle prévue en 2017, sont négatives de – 1.500.000 €. Ainsi, les recettes ne suffisent plus à faire face aux dépenses, et pour tenter de masquer cette réalité, vous procéder à la vente du patrimoine foncier de la ville qui se réduit comme peau de chagrin et dont le produit suffit tout juste à financer les investissements courants (voirie, écoles, bâtiments publics…)
 
Et plus grave encore, alors que la Ville est en quasi situation de FAILLITE, vous vous obstinez à vouloir construire votre pharaonique salle Multimodale que vous chiffrez maintenant à 23,5 Millions d’€, projet, je vous le rappelle à toutes fins, que vous chiffriez à 8 Millions d’€ dans votre document de campagne.
 
Au vu de la capacité d’autofinancement négative, maintenir un tel projet est une aberration qui risque d’entraîner la RUINE de la Ville !
 
D’ailleurs le pseudo plan de financement que vous proposez pour construire cette salle est tout aussi aberrant !
 
Ainsi vous proposez de dégager des recettes avec l’autofinancement dégagé en 2017 qui sera pourtant négatif selon votre propre aveu  (sic ?)
 
Pire, vous osez déclarer, sans rire, que vous allez financer la salle avec « le produit des amendes de Police (environ 1 M€ par an) »
 
Peut-être ce peut-il d’ailleurs que dans votre prochain plan de communication, seul domaine où vous excellez aux frais des contribuables narbonnais, vous allez faire un appel à l’incivisme pour augmenter les recettes de police ?
 
Nous aimerions pouvoir en rire, Monsieur le Maire, mais votre aveuglement ressemble à un côté suicidaire pas seulement pour votre personne, mais pour la ville et ses habitants.
 
C’est la raison pour laquelle nous vous demandons d’abandonner ce projet.
 
En agissant ainsi, vous ferez preuve de clairvoyance et de courage, deux qualités qui gommeront aux yeux des Narbonnais, j’en suis certain, les défauts dont je vous ai affublés au début de mon propos.
 
 
 

J'Aime narbonne alerte les narbonnais :
la salle
multimodale de M. MOULY sera une "catastrophe"

28 février 2017

Oui, les finances de la Ville sont en danger et les Narbonnais en paireront les conséquences à travers leurs impôts si M. MOULY s'entête à réaliser "sa" grande salle multimodale !  

 
Le groupe des élus J'Aime Narbonne lance cette alerte à la veille d'un Conseil municipal (mercredi 1er mars à 18h30 - salle des Synodes) où sera rééxaminé le projet de budget 2017 suite à la présentation insincère et incomplète qui avait été faite lors du dernier conseil municipal.
 
Contraint par le préfet de revoir sa copie, l'incompétent M. MOULY est bien obligé cette fois de présenter un rapport d'orientations budgétaires plus conforme à ce qu'exige la Loi. Un comble pour un avocat qui n'a de cesse de se faire appeler Maître jusque dans ses fonctions politiques...
 
Et ce rapport, ainsi que le démontre J'Aime Narbonne (lire l'article de presse ci-joint) est plus qu'alarmant pour les finances de la Ville. En effet, M. MOULY mène les Narbonnais à la catastrophe s'il persiste à réaliser "sa" salle multimodale désormais chiffrée à plus de 23 millions d'euros hors TVA, ce qui veut dire qu'elle dépassera les 25 millions. Depuis l'annonce de ce projet lors de la campagne électorale, le prévisionnel a déjà doublé et 500 000 euros ont d'ores et déjà été gaspillés pour récompenser les cinq groupements d'architectes et d'entreprises sélectionnés pour concourir au projet. Jusqu'où ira M. MOULY pour satisfaire son caprice ? 
 
Or, le portrait de la situation financière de la Ville est calamiteux : un autofinancement négatif gonflé par la vente des derniers biens municipaux nécessaires aux développements futurs ; une capacité d'emprunt réduite à néant et des recettes hasardeuses pour certaines et ponctionnant les Narbonnais pour d'autres, notamment à travers une hausse revendiquée des timbres amendes de stationnement... La suite, ce sera une inévitable hausse des impôts sur tous les foyers Narbonnais.
 
Cette dangereuse issue est inscrite en avertissement dans le dernier rapport de la Chambre régionale des comptes : "La salle multimodale va alourdir la dette de la ville"...
 
Tenant son rôle d'opposition responsable, soucieux de l'avenir de Narbonne et de ses habitants, le groupe des élus J'Aime Narbonne n'aura de cesse d'alerter les Narbonnais.

 
 
 

UNE ENQUÊTE Régionale met en lumière
lE
"pari périlleux" de la salle multimodale

26 février 2017

Intéressante lecture dans le Midi Libre

qui publie (dans ses pages régionales) un dossier sur la problématique des salles de spectacle, de sports et de congrès dans la région Occitanie. 
 
Ce tour d'horizon très complet démontre le "pari périlleux" de la municiaplité de Narbonne et de son maire M. MOULY a vouloir édifier une salle multimodale de 5000 places à 25 millions d'euros. On verra que l'environnement est déjà très encombré avec les salles existantes à Montpellier, Nîmes, Béziers, et aussi  avec l'ouverture imminente du Dôme de 3700 places à Carcassonne (pour seulement 2,4 millions d'euros), et un projet de 10 000 places à Perpignan. Projet d'ailleurs incertain car le maire de Perpignan hésite beaucoup à se lancer dans cette aventure et envisage également de restaurer son Parc des expositions de 6000 places. Une prudence qui, hélas, n'est pas la qualité de M. MOULY.
 
L'enquête aborde également la question du tourisme d'affaire et donne la parole à Jacques BASCOU, Président du Grand Narbonne, qui confirme son intention de restaurer le Parc des expositions (3,4 millions d'investissement) dans un format adapté à la demande des organisateurs de congrès et séminaires. Ce même Parc des expos que M. MOULY voulait raser pour installer sa salle... 
 
Bref, cette enquête bien documentée a le mérite de brosser un portrait régional et il apparaît clairement que le projet de M. MOULY est non seulement hasardeux, mais qu'il est de loin le plus coûteux, et qu'il va accroître la dette de la Ville, ainsi que le rappelle Nicolas SAINTE-CLUQUE en citant le dernier rapport de la Chambre régionale des Comptes.  
 

TOUS D'ACCORD POUR PERPÉTUER LE SOUVENIR
ET
L'IMAGE DE TRENET... SAUF LA MAIRIE DE NARBONNE

21 février 2017


En ce 20 février, les fidèles de Charles Trenet

étaient réunis sur sa tombe au cimetière de l'Ouest, en présence de Jacques BASCOU et de Marie-Claude EGLESIÈS, l'ancienne adjointe au maire qui avait lancé et porté haut le Festival Trenet.

Mais une fois de plus, comme l'indique la presse, la mairie était absente de ce rendez-vous du souvenir.
La même mairie qui s'est empressée de supprimer le Festival Trenet, un événement au rayonnement incontestable qui faisait parler de Narbonne dans les grands médias et à l'étranger et qui l'a remplacépar une fête locale dénommée Barques en Fête...

La même mairie qui ignore que Charles Trenet figure dans le Top 10 des personnages français les plus illustres dans le Monde.
 
D'autres n'hésitent pas à s'approprier Trenet, telle la mairie de Saint-Chinian qui s'est souvenue que le Fou chantant a résidé dans cette ville, ou encore la SNCF qui va faire installer un portrait à la gare de Narbonne, et enfin la société d'autoroutes Vinci qui fera poser en 2018 un buste géant du chanteur sur le nouvel échangeur de CroiXsud...
 

Insulter n'est pas et ne sera jamais la marque de fabrique de J'Aime Narbonne

11 février 2017
 
La modération de notre page Facebookfait l'objet d'un suivi sérieux de manière à extraire tout commentaire qui pourrait être insultant ou attenter à la dignité des personnes. 
 
Très exceptionnellement cette modération a pu être prise en défaut ces jours derniers, ce qui amène J'Aime Narbonne à exprimer ses regrets auprès des personnes qui ont pu être atteintes par des propos inappropriés et auprès de nos fidèles lecteurs et "followers".
 
Cependant, cet incident n'autorise pas Nouveau Narbonne à exiger des excuses ainsi qu'on a pu le lire sur la page Facebook de la majorité municipale. Pour demander des excuses, il faut être soi-même irréprochable. Or, il suffit de parcourir le site de Nouveau Narbonne pour constater qu'on est loin du compte. Un grand nombre de commentaires sont au-delà des limites permises, comme on peut le voir dans l'exemple ci-joint.
 
Avant d'exiger des excuses que Nouveau Narbonne fasse le ménage et s'applique la même rigueur que la nôtre..."
 

BOULEVARD MARCEL-SEMBAT : DEUX POIDS DEUX MESURES ?


11 février 2017
 

Quand il s'est agi de déplacer l'arrêt de bus

situé devant son cabinet professionnel, boulevard Marcel-Sembat, M. MOULY a pris des "mesures énergiques" : il a refait à grands frais le parvis du Palais du Travail qui avait été restauré un an plus tôt par l'équipe de Jacques BASCOU, il a fait abattre un platane, il a supprimé des places de stationnement. Et tout dernièrement il a réinstallé le double sens de circulation.

Aujourd'hui, les riverains de ce même boulevard Sembat se plaignent de divers problèmes qui tous découlent de ces décisions personnelles et douteuses de M. MOULY. Ils pétitionnent et attendent que le maire prenne des "mesures énergiques"(lire article ci-contre).

Dans un communiqué laconique, le cabinet du maire fait savoir que ces questions seront examinées après réception de la pétition. Pour une fois que M. MOULY semble vouloir réfléchir avant d'agir, on est curieux de voir ce que cela nous réserve...
 

APRÈS LA MORT-AUX-RATS À LA MATERNELLE
M. CÉSAR
COUPE LE CHAUFFAGE AUX EMPLOYÉS DES ÉCOLES

10 février 2017

M. CÉSAR, l'adjoint à l'Education,

ne manque jamais une occasion de pérorer. On l'a vu récemment poser sur une affiche de propagande aux côtés de M. MOULY, se vantant l'un et l'autre d'avoir investi 5 millions d'€ dans les écoles narbonnaises, en oubliant bien sûr de préciser que l'essentiel de cet investissement était la crèche de Montesquieu, un projet de l'équipe de Jacques BASCOU...

Mais passons sur "le vol des coucous" dont Nouveau Narbonne est coutumier depuis 2014 !

Plus grave est le fond de la politique scolaire menée par MM. MOULY et CÉSAR qui essaient de briller aux yeux de la population alors qu'ils négligent l'éducation des petits Narbonnais. Après avoir abandonné le projet d'école à Montplaisir, attendu par des milliers de familles des quartiers Sud, ils ne gèrent pas les écoles en bons pères de famille.

La preuve : en décembre dernier, on apprenait que l'école maternelle Marguerite-Sol était infestée de mort-aux-rats et d'asticots. M. CÉSAR avait alors osé reporter la responsabilité sur les services municipaux... dont il est pourtant le "patron".

Aujourd'hui, les Agents territoriaux chargés des écoles crient leur ras-le-bol dans la presse car ils sont obligés de travailler depuis plusieurs jours dans les écoles privées de chauffage, avec une température de 11°(voir articles joints). Que nous dit M. CÉSAR ? Qu'il assume cette décision car, dit-il, il faut faire des économies...

Sans doute des économies pour la "grande salle" de M. MOULY ?
 

« GRANDE SALLE » DU PARC DES SPORTS : APRÈS UN HUIS CLOS ABUSIF AU CONSEIL 
M. MOULY S’ENLISE DANS DE NOUVELLES MANŒUVRES POLITICIENNES


  21 janvier 2017
 

Il est clair désormais que M. MOULY

va en faire voir des vertes et des pas mûres aux Narbonnais pour tenter de camoufler le naufrage annoncé de la « Grande Salle » du Parc des Sports, dont il a programmé l’inauguration le 18 décembre 2018…
 
En effet, l’enchaînement des événements de cette fin de semaine illustre la navigation à vue et en eaux troubles de M. MOULY, capitaine aux abois d’un bateau à la dérive.
 
1. Jeudi soir au conseil municipal, M. MOULY a piqué sa crise de nerfs à la vue de quelques membres pourtant très pacifiques de l’association Touche pas à mon Parc qui manifestaient leur opposition à l’implantation de la grande salle au Parc des Sports et réclamaient, comme tous les Narbonnais, que le maire daigne enfin informer la population sur ce projet à plus de 20 millions d’euros qu’il avait chiffré à 8 millions d’euros dans son programme de campagne.
 
Alors qu’aucune atteinte sérieuse à l’ordre public n’était constatée, M. MOULY a discrétionnairement décrété le huis clos du Conseil municipal, s’affranchissant ainsi du vote obligatoire de l’assemblée. Une fois de plus, l’avocat Me MOULY a fait preuve d’une grande légèreté vis-à-vis de la Loi qu’il est censé connaître plus que tout autre ! Sur ce point, J’Aime Narbonne a décidé de saisir le Préfet afin que soit exercé le contrôle de légalité (lire l'article ci-contre).
 
2. Vendredi après-midi, M. MOULY, flanqué de son 1er adjoint M. MALQUIER, convoquait la presse pour indiquer que, finalement, la « Grande Salle » pourrait trouver sa place sur le terrain du Parc des Expositions, et demandait tout bonnement au Président du Grand Narbonne, Jacques BASCOU, de lui céder le bâtiment afin de le démolir (sic !) ... tout en continuant de défendre l’implantation du projet initial sur l’aire du Parc des Sports.
 
Cette manœuvre qui se veut être un contre-feu est grossière : ainsi que l’a déclaré Jacques BASCOU dans la presse du jour, M. MOULY cherche une porte de sortie pour tenter une fois de plus de reporter sur d’autres son incompétence et son incohérence.
 
Mais les Narbonnais ne sont plus dupes de ces polémiques fabriquées à la chaîne par M. MOULY et Nouveau Narbonne pour masquer leur incapacité à conduire les affaires de la ville. La réalité c’est que ce projet de « Grande Salle » est bien une aberration économique et sociale.
 
A tel point que la mairie n’a toujours pas désigné le groupement sélectionné pour réaliser les travaux (alors que cette désignation devait se faire fin 2016), qu’on ne sait toujours pas comment sera traité le problème du bassin de rétention des eaux qui n’avait pas été prévu au début du projet, que l’on n’a aucune idée de la manière dont la Ville va financer la construction et surtout le fonctionnement d’un équipement inadapté aux besoins des Narbonnais.
 
 Plutôt que de répondre à ces questions légitimes, M. MOULY préfère lancer une nouvelle polémique avec le Grand Narbonne et il n’hésite pas, pour tenter de désamorcer le désaveu qui entoure sa « salle des fêtes », à envisager de faire détruire un élément qui contribue à l’activité économique de la Ville et du territoire.
 
Oui, M. MOULY est prêt à tout faire endurer aux Narbonnais pour faire construire son caprice : à violer la Loi, à désinformer, à manipuler.
 

M. MOULY CHERCHE ENCORE DES NOISES AU GRAND NARBONNE...
MAIS IL PERD AU TRIBUNAL ADMINISTRATIF

17 janvier 2017

Obsédé par la guéguerre

qu'il mène contre le Grand Narbonne, M. MOULY a encore pris une claque.

Elle lui a été infligée, ce lundi 16 janvier, par le Tribunal administratif de Montpellier qui a rejeté une requête référé de la Mairie de Narbonne contestant la composition du Conseil communautaire établie par arrêté préfectoral le 22 novembre 2016.

Encore un coup d'épée dans l'eau de M. MOULY, mais toujours au frais des contribuables narbonnais qui paient de coûteux honoraires d'avocats.

La prochaine étape ce sera quoi ? D'autres procès et de nouveaux frais de justice ? Quand il s'agit de choisir le pire parmi les « possibles », on peut compter sur M. MOULY...