J'Aime Narbonne
"L'esprit d'ouverture" - Page du groupe d'opposition municipale
18 avenue Pierre-Sémard - 11100 NARBONNE

Journée récréative de Noël :
M. Mouly
dérape encore et scandalise l'assistance



Le 19 décembre,

 
dans le cadre de la journée récréative au Théâtre, M. MOULY a indiqué dans le cadre de son discours que rien n'avait été fait pendant six ans. Fort heureusement, une grande partie de l'assemblée qui n'est pas dupe l'a alors hué vertement, considérant que ce n'était pas le moment de faire un discours politicien de bas étage en une telle occasion consacrée aux enfants.
 

Les Féeries de Noël au rabais
au détriment des enfants

Les retours sont unanimes,

  les décorations et animations mises en place par la nouvelle municipalité ne participent plus à la magie de Noël.

Moins de lieux consacrés aux enfants, des animations au rabais et enfin quelques manèges aux tarifs exorbitants qui rendent la fête moins belle… la déception des Narbonnais risque malheureusement d'entraîner la déception de nos voisins bitterois, carcassonnais et perpignanais qui avaient pris l'habitude de faire leurs achats de Noël à Narbonne.

Les commerçants qui souffrent déjà d'un contexte économique difficile apprécieront le manque d'ambition de la nouvelle municipalité... Merci Monsieur le maire !

 

Les chocolats des seniors laissent un goût amer...

13 décembre 2014

Monsieur le Maire

  et sa fine équipe municipale, feignant d'être contraints de serrer le cordon de la bourse des dépenses de la commune, ont décidé sans aucune concertation, "d'offrir une seule friandise par couple". Ils auraient très bien pu choisir comme autre argument "qu'il faut manger moins de produits gras et sucrés " pour lutter contre le diabète qui nuit à la santé de nos chers seniors… en réalité, cet argumentaire est totalement mensonger puisque Monsieur le Maire et son premier super adjoint, qui aime fricoter avec le monde des affaires… ont préféré investir plus de 30 000 € dans un salon canapé de cuir au stade de rugby pour recevoir les VIP dans des conditions dignes de leur rang !

Faire de la politique au sens noble du terme c'est faire des choix.

Décidément, J'aime Narbonne ne partage pas les mêmes valeurs et considère que les seniors méritent quelques douceurs supplémentaires qui n'obèrent nullement les finances de la ville.

Conseil municipal : J'Aime Narbonne tient son rôle

12 décembre 2014

Intervention d'Hélène SANDRAGNÉ

  à l'occasion du conseil Municipal du 11 décembre :

" Monsieur le Maire,

Nous avions constaté en arrivant à la mairie en 2008 la gestion calamiteuse des campings de Narbonne Plage, véritable gouffre financier qui s’inscrivait dans une gestion tout aussi calamiteuse de la station. Il ne s’était rien fait pendant des années. Nous, nous avions une vision, une ambition, un projet pour ce quartier, un projet de développement équilibré qui conserve le caractère familial de la station auxquels ses habitants sont attachés mais qui permette également de bien y vivre à l’année, de pouvoir bénéficier d’aménagements qui améliorent la vie au quotidien, nous avons ainsi réaménagé complètement le front de mer et créé une salle polyvalente.

Ce plan de développement ambitieux sur ce quartier semble d’ailleurs aujourd’hui au point mort.

La gestion et l’avenir des campings faisaient partie de cette vision d’ensemble. Aussi avions nous fait un choix qui n’était pas conjoncturel mais stratégique : au camping de la côte des Roses la délégation de service public pour le faire monter en gamme, au camping de La Falaise la régie municipale. Pour nous il s’agissait de permettre le développement économique d’une station touristique qui a pour vocation d’attirer des touristes mais en tenant compte de l’histoire de la station, des populations qui ont l’habitude d’y séjourner pendant l’été ,des habitants de ce quartier et de leurs désirs.

Alors oui, nous avons voulu une rénovation, réhabilitation totale d’un camping, la côte des roses, avec à la clé des prestations de haut de gamme qui allaient s’accompagner certes d’une hausse des coûts de location mais qui attireraient une autre clientèle absente jusque là de ce littoral, au pouvoir d’achat plus élevé avec aussi un retour sur investissement intéressant économiquement mais aussi pour les finances de la commune.

Mais en contre partie, oui, dans l’esprit de conserver un certain équilibre, nous avons voulu le maintien de la régie municipale sur le camping de la Falaise, en plein cœur de la station. Là aussi il fallait rénover et nous avions prévu les financements pour le faire mais avec une volonté claire d’offrir un niveau de prestation correct au coût de location raisonnable qui permettrait de conserver la clientèle plus modeste qu’il accueille depuis longtemps. Cette rénovation n’aurait pas empêcher l’exploitation touristique d’avant et d’après saison que nous avions prévue.

Alors, vous vous en doutez, nous voterons contre votre délibération :

- Contre parce que pour nous il est important que des familles qui ne peuvent pas accéder à des locations entre 1000 et 1400 euros la semaine puissent continuer à venir à la plage, ce qui ne pourra être le cas dans un camping 4 étoiles

- Contre parce l’emplacement géographique de ce camping , au cœur de la station est primordial et que la Ville doit rester maître de sa destination et ne pas s’en priver pendant 18 ans , ce que vous faites dans cette délibération, ( 3 fois 6 ans..présomptueux non…)

- contre parce que le délégataire va certainement y créer des surfaces commerciales (snack bar, boutique, restauration peut-être) alors que les locataires traditionnels du camping de la Falaise avaient plutôt l’habitude de manger et faire leurs courses dans les restaurants et magasins du centre de Narbonne Plage. Ne craignez vous pas une baisse des recettes des commerçants de la station qui vont être privés d’une clientèle qui pourrait rester fixée dans ce camping?

Je vous le confirme donc : nous ne sommes effectivement pas de la même chapelle ! "

Conseil Municipal : La Mêlée ouverte

12 décembre 2014

Intervention de Nicolas SAINTE-CLUQUE,

porte-parole de J'aime Narbonne, à l'occasion du conseil municipal, concernant la délibération sur l'adhésion de la ville de Narbonne à la mêlée ouverte du Racing Club Narbonne Méditerranée :

 
" Y-a-t-il une participation financière de la ville? Pour quel montant ? Quelle est l'utilitépour la ville de Narbonne d’adhérer à cette association alors qu'il appartient à chaque élu d'y adhérer personnellement s'il en a envie et de payer son repas, comme cela c'est toujours fait jusqu'à présent ? Ce n’est quand même pas neutre de faire adhérer une ville à une association d’ordre strictement privé, qui n’a aucun objet à caractère public !
 
Autre questionnement, il est indiqué dans la délibération que cette association a pour objet de promouvoir et communiquer l'image du RCNM. Mais l'image du RCNM n'appartient elle pas uniquement au club qui a un budget pour communiquer, notamment via la subvention que la ville de Narbonne lui accorde ?
 
Plus inquiétant encore, vous mettez en avant le fait que la présence de la ville va permettre de créer des liens avec le tissu économique local et de faire connaître aux entreprises les procédures d'accès à la commande publique. Nous craignons des lors que vous vous serviez de cette association pour faire encore un mélange des genres. En adhérant à la Mêlée Ouverte, les entrepreneurs risquent de croire qu’ils pourront obtenir des marchés de la ville de Narbonne…
 
Comme vous le savez, nous avons déjà mis en place pour les entreprises, notamment celles de petites tailles qui ne savaient pas comment remplir les questionnaires administratifs, des formations sur les procédures d'accès à la commande publique et ce, en partenariat avec que les chambres consulaires (CCI et chambre des métiers). Nous avons également créer un guide de la commande publique à destination des entreprises.

La mêlée ouverte ne doit pas être le lieu où se décide l'attribution des marchés publics. Nos craintes se fondent aussi sur la rumeur narbonnaise car nous avons ouï-dire, notamment pour la manifestation qui a été organisée par la Mêlée Ouverte au mois d’août dernier pendant le festival des Barques à Montplaisir, que la mairie aurait offert avec l'argent du contribuable plusieurs repas à des chefs d'entreprise et réglé une somme de 7.000 € pour défrayer l’intervention de Monsieur Smaïn lors de cette soirée, étant précisé d’ailleurs que ces talents comiques n'ont pas plu à tout le monde…


Nous vous remercions de bien vouloir répondre à toutes ces questions car il serait temps que vous agissiez en toute transparence et que vous ayez le courage de livrer aux narbonnais les vraies raisons qui motivent cette adhésion de la collectivité publique à cette association."

 

M. Mouly fait son mea culpa
et
souhaite le retour de Sporfolio

23 novembre 2014

Nous venons d'apprendre

  que le Maire a finalement pris la mesure de la perte du festival Sportfolio à Narbonne.

Les critiques quasi unanimes du monde économique et le succès de la biennale de l'aquarelle qui a permis un regain d'activité pour notre cité n'y sont certainement pas étrangers.

C'est la raison pour laquelle Monsieur MOULY, poussé par certains de ses élus, a ressenti l'impérieux besoin de se rapprocher des organisateurs du festival international de la photo sportive pour maintenir in extremis ce Festival sur Narbonne.

Cette initiative, même si elle peut paraître un peu tardive, est soutenue par J'aime Narbonne qui a le souci de faire rayonner notre ville au-delà de ses hauts murs pour qu'elle ne demeure pas une belle endormie.

M. Mouly ou la permanence... du vide

19 octobre 2014

Si peu concerné

par le travail de long terme et la vision de ce que doit être le développement de Narbonne, M. MOULY théâtralise sa proximité avec les Narbonnais. Désormais il tiendra une permanence à échéances régulières pour recevoir les Narbonnais, sans rendez-vous. Pour quel résultat concret ? C'est toute la question. En attendant, tout cela ressemble à une permanence du vide, du grand vide qui entoure toute la politique municipale de M. MOULY. 

Au nom de J'Aime Narbonne, Nicolas SAINTE-CLUQUE a réagi à cette nouvelle mascarade du leader de Nouveau Narbonne, dans le texte publié ci-dessous : 





Le maire est un vrai démagogue


par Nicolas Sainte-Cluque


" Il se joue en effet de la misère humaine et de la détresse de nos concitoyens pour leur faire croire qu'il va leur trouver un emploi ou un logement tout en prenant soin d'indiquer que cela relève de la compétence de l'agglomération alors que l'emploi relève de toutes les forces économiques de la Narbonnaise, en premier lieu les entreprises… 

À moins que M. MOULY veuille que l'agglomération embauche pour ensuite pouvoir la critiquer et ainsi régler son problème d'ego avec Jacques Bascou… Au lieu de faire du populisme de bas étage notre maire ferait mieux de travailler les dossiers qui comptent pour Narbonne (exemple celui TGV ou il a brillé par son absence à Gérone) et faire en sorte que notre ville puisse faire venir de nouvelles entreprises et de l'emploi sur Narbonne. 

La proximité c'est bien, on ne peut être que favorable, mais faire croire aux gens que l'on peut les recevoir sans rendez-vous avec efficacité c'est ridicule. 

Un maire doit être proche de ses concitoyens mais il doit aussi savoir prendre de la hauteur et utiliser son temps qui est limité au bénéfice de l'intérêt général et non pas laisser croire qu'il répondra aux intérêts particuliers de tous ceux qui viennent le consulter. 

M. MOULY continue à enfumer les narbonnais mais à trop vouloir en faire, gare à l'asphyxie. "

 

M. Mouly encore absent face aux vrais problèmes

10 octobre 2014

Absent il y a une dizaine de jours

  à une importante réunion de crise sur le bâtiment et les travaux publics, M. MOULY a encore joué la fille de l'air la semaine dernière au sommet des villes et des agglomérations pour le TGV (Barcelone, Gérone, Perpignan, Narbonne, Montpellier, Béziers, Carcassonne, Toulouse)..

Pourtant, la vielle, à l'initiative de Jacques BASCOU et du président de l'agglomération de Béziers, une rencontre avait eu lieu à Béziers avec les deux maires et les deux présidents d'agglomération concernés par la nécessité d'activer le projet de TGV. 

Mais le lendemain, au sommet de Gérone, plus de M. MOULY ! Pour défendre le point de vue de Narbonne, il avait délégué un adjoint dont la délégation et la spécialité sont... le commerce. 

Mais peut-être y avait-il plus urgent à faire à Narbonne : un "pétassage" par-ci ou une mise en scène photographique par-là ? Les administrés apprécieront le sens des priorités de leur maire...
 

Quand le nid du coucou devient la caverne d'Ali Baba

9 octobre 2014

Lors des dernières Journées du Patrimoine 

 on annonça tous azimuts la présentation en grande pompe dans la salle des synodes de « la demi-page du pontifical de Pierre de la Jugie figurant la bénédiction du croisé en partance pour la Terre Sainte ».

Et l’on ajouta habilement « récemment acquise par la Ville de Narbonne » sans autre précision !

Belle tentative de récupération d’une belle opération qui n’est pas à inscrire, pourtant, au tableau d’honneur de l’actuelle municipalité !
Cette page magnifiquement enluminée, arrachée par des mains voleuses au gros ouvrage contenu dans le trésor de Saint-Just, a été repérée début novembre 2013 par une étudiante travaillant sur ce manuscrit et qui signala qu’elle allait être mise en vente le 20 novembre 2013 chez Christies à Londres.

Jacques Bascou, alerté, ordonna immédiatement toutes les procédures destinées à empêcher cette vente, et fit racheter sans hésiter cet élément splendide de notre patrimoine qui put ainsi réintégrer Narbonne.

Pas un mot de tout cela dans les discours des uns et des autres, pas plus que dans les comptes-rendus de la presse locale où l’on a déjà semble-t-il oublié que cette affaire avait été déjà traitée en son temps (cf. Midi Libre du 30 novembre 2013 etc...)

Encore un « hold-up » du coucou qu’il convient de dénoncer.
 

Oui tout rétrécit à Narbonne... surtout "l'esprit d'ouverture"

8 octobre 2014

Se faire photographier

  en tous lieux et toutes circonstances, c'est le grand dada de M. MOULY ! 

Dernière séquence : cette photo (amusante) du maire assis sur un banc géant installé sur la Terrasse des Musées, un lieu d'art contemporain créé, cela dit en passant, par l'équipe de Jacques BASCOU. Et le journal de s'amuser en paraphrasant le titre d'un film célèbre ! Tout cela relève de l'anecdote mais, derrière cette drôlerie sans conséquences, la réalité est beaucoup moins plaisante pour Narbonne et les Narbonnais. 

En effet, il n'y a pas que le maire qui rétrécit le temps d'un cliché, mais aussi tout ce qui ces dernières années avait permis à Narbonne de retrouver son rang parmi les villes du Sud.

Oui, M. MOULY rapetisse et rabaisse les ambitions de la ville en stoppant des manifestations comme Sportfolio ou le Festival Trenet, il rétrécit plus généralement "l'esprit d'ouverture" qui avait permis à Narbonne de sortir de ses murs et de développer d'utiles coopérations. D'ailleurs, cette signature positive, que Jacques BASCOU avait donnée à Narbonne, est en train de disparaître peu à peu du logo de la Ville. Il est vrai que rien dans ce que l'on voit depuis six mois ne peut mériter la griffe de "l'esprit d'ouverture" !
 

Employés de mairie "militants : deux poids et deux mesures ?

5 octobre 2014

La nouvelle directrice

  des services de la mairie a annoncé dernièrement qu'elle prendrait des sanctions contres des employés municipaux, coupables selon elle de s'être exprimés en termes de militantisme sur les réseaux sociaux. 

Question : agira-t-elle de la même manière avec un militant de "NN" qui s'est signalé sur la page Facebook des Moulystes ? (voir l'article du Midi Libre) 

On attend de voir. 

Mais rappelons que sous la municipalité de Jacques BASCOU, ce genre de question malsaine n'avait pas à se poser. Dès lors qu'ils respectaient leurs obligations et leur devoir de réserve, les employés municipaux étaient libre de militer où ils voulaient hors de leur temps de travail. Et personne ne les obligeait à accomplir des tâches militantes...

Assurément les temps ont bien changé...

 

La gestion hystérique du personnel municipal

8 octobre 2014

Midi Libre nous apprend

  que l'employé municipal qui s'était exprimé sur la page Facebook de "NN" (lire notre article ci-dessus) "devrait" être à son tour sanctionné. On reste donc sur ce conditionnel en attendant d'en savoir plus. 

Quoi qu'il en soit, on voit bien le ridicule de la situation. Pour justifier des sanctions à l'encontre de deux employées municipales qui avaient manifesté leur soutien à Jacques BASCOU sur la page Facebook de J'Aime Narbonne, la mairie s'apprêterait à sanctionner un soutien de M. MOULY sur la page Facebook de "NN". 

Le tout au nom du droit de réserve des agents de la fonction publique territoriale, mais au mépris des droits élémentaires et de la liberté d'opinion de tous les citoyens dès lors qu'ils s'exercent hors de leur temps de travail. 

Par ces agissements inconséquents, "NN" révèle un mode de gestion hystérique du personnel municipal. Gestion dont le but est de créer un climat d'insécurité : on est avec "NN" ou on est contre...
 

TGV : Jacques Bascou et l'agglo de Béziers font avancer
le
train et invitent MM. Mouly et Ménard à monter à bord

3 octobre 2014

Au-delà des conflits nés

  des dernières élections municipales tant à Narbonne qu'à Béziers, au-delà des postures et des coups de com' tel le "pacte" récent entre MM. MOULY et MÉNARD, deux maires qui ont en commun de n'avoir pas su fédérer leur territoire d'agglomération, il est temps que l'on travaille enfin aux choses sérieuses : le développement économique et social du Narbonnais et du Biterrois.

Hier, à l'initiative de Jacques BASCOU et de son homologue Frédéric LACAS, Président de l'agglomération de Béziers, une réunion de travail a eu lieu à Béziers pour préparer le sommet des Villes pour le TGV qui a lieu aujourd'hui à Gérone. MM. MOULY et MÉNARD y ont été conviés par Jacques BASCOU et Frédéric LACAS, en présence des techniciens du projet (lire l'article ci-contre).

Voilà comment on voudrait que les choses se passent désormais à Narbonne : que chacun, dans son rôle, fasse avancer la ville et le territoire.

Le recours en annulation des élections est rejeté

3 octobre 2014

Comme on pouvait le craindre

  au vu des conclusions du rapporteur public (lire nos précédents articles), le tribunal administratif de Montpellier a rejeté la demande de recours en annulation des élections municipales de Narbonne. Voici les réactions de Jacques BASCOU et de Nicolas SAINTE-CLUQUE, ce matin dans la presse, ainsi que celle de l'avocat qui a défendu le dossier. 

Une chose est sûre : ce jugement semble dire aux futurs candidats aux élections que les règles édictées par le Code électoral sont très relatives..

















10 octobre 2014

Après analyse de la situation, 
le groupe J'Aime Narbonne a décidé de ne fera pas appel de la décision. Le porte parole Nicolas Sainte-Cluque, en explique les raisons.


Des élus qui ont la classe et l'honnêteté
cela
existe... pas que dans les rêves

30 septembre 2014

We had a dream !



Nous avons rêvé ce qu'aurait pu (ce qu'aurait dû) dire M. MOULY la semaine dernière lors de l'inauguration de la crèche de Horte Neuve. Quelque chose dans ce style : " La vision de l'équipe menée par Jacques Bascou" ayant ouvert la voie, l'action de l'équipe actuelle "s'inscrit dans la continuité en collaboration avec les services du conseil général, du Grand Narbonne et des communes". 

Hélas ce n'est qu'un rêve, M. MOULY a bien prononcé un discours agressif et grossier qui a choqué toute l'assistance (voir nos précédentes informations). 

Mais ce qui n'est qu'un rêve est pourtant réalité ailleurs. Car ces mots furent exactement ceux de Guillaume HERAS, maire de Saint-Marcel, inaugurant samedi des aménagements importants de son village et n'oubliant pas de dire qu'il se situait dans la continuité de son prédécesseur Bernard PENDRIEZ (extrait de presse ci-dessus).

Des élus qui ont la classe et l'honnêteté cela existe ! Pas que dans les rêves...

Chasse aux sorcières à la mairie : et ça continue, encore et encore...

28 septembre 2014

Ce matin

 dans l'Indépendant, Nicolas SAINTE-CLUQUE, porte parole de J'Aime Narbonne, porte à la connaissance du public un nouveau cas de "chasse aux sorcières" à la mairie.
 
Après la mutation sanction du chef de la police municipale en août, c'est une autre chef de service qui est mise au placard.

Et ça continue, encore et encore...

Quand il faut traiter les vrais problèmes, M. Mouly est absent

28 septembre 2014

Mardi à Carcassonne

  a eu lieu une réunion de crise entre les responsable du secteur du bâtiment et des travaux publics et les élus des principales villes du département, des intercommunalités et du conseil général. 

Réunion de crise, car la situation du BTP dans l'Aude est très préoccupante et que les chefs d'entreprise du secteur espèrent un maintien de l'investissement public pour affronter cette situation des plus périlleuses. En effet, entre 300 et 400 emplois pourraient être supprimés en 2015...

Président du Grand Narbonne, Jacques BASCOU était présent à cette rencontre, comme la plupart des élus les plus importants du département, notamment les maires de Carcassonne, de Castelnaudary, et bien d'autres. 

Une absence a été particulièrement remarquée, celle de M. MOULY pourtant maire de la plus grande ville du département. 

M. MOULY, spécialiste du "pétassage", des coups de peinture, des redressages de poubelles, et du fleurissement des Barques, estime-t-il que le problème posé n'était pas à son niveau ? Toujours est-il qu'il a préféré, ce jour-là, aller faire un inutile pied de grue à l'audience du Tribunal administratif où était examinée la question du recours en annulation des élections municipales.

Chacun ses priorités....
 

Jacques Bascou répond aux agressions permanentes
de
"NN" au Grand Narbonne et appelle chacun à avancer

27 septembre 2014

Ce matin, Midi Libre

  publie une interview de Jacques BASCOU qui répond à l'attitude agressive et non constructive de "NN" dans le cadre du Grand Narbonne. Le Président n'a nullement l'intention de se plier aux diktats ridicules de M. MALQUIER et demande à tous "d'avancer" dans l'intérêt du territoire et de la ville. Par ailleurs, Jacques BASCOU donne son avis sur le bilan des "six mois" de M. MOULY. 

Lire en détails ci-dessous. 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------



















































" S'ils veulent un référendum, ce serait amusant de demander aux gens qui est le vrai maire : M. Malquier ou M. Mouly ? "

" S'il veulent continuer le sabotage je ne vais pas perdre de temps "

" Ma politique dans les quartiers, ce n'était pas aller autour d'une poubelle, serrer quatre mains et faire une photo..."

" Le recours est une démarche collective. On en discutera donc collectivement "

 

Notre nouvelle rubrique : M. Mouly ou le vol du coucou

26 septembre 2014

Depuis sa prise de fonction en avril,

M. MOULY nous a montré à maintes reprise de grandes difficultés à prendre son envol en tant que maire. Cependant, à mesure que lui poussent les ailes, son vol ne ressemble en rien aux évolutions souveraines et gracieuses de l'aigle, mais plutôt au vol du coucou, cet oiseau qui a pour habitude de pondre ses oeufs dans le nid des voisins. 

En effet, en panne de projet et de vision, M. MOULY s'accapare régulièrement le bilan, les actions, les initiatives de Jacques BASCOU et de son équipe. Un coup de pinceau par-ci, un changement de nom par là, quelques pots de fleurs ailleurs, de fausses réunions de concertation... Et le tour est joué : M. MOULY voudrait s'attribuer les Barques (qu'il trouvait "moches" pendant la campagne électorale), la transformation de Narbonne-Plage (dont il a aussi dit beaucoup de mal), la politique de la petite enfance et la crèche de Horte-Neuve (dont il ne disait rien tant l'héritage de "NN" était calamiteux), l'organisation des rythmes scolaires (à laquelle il n'a presque rien touché)... et tout à l'avenant.

Cela valait bien une nouvelle rubrique intitulée : "M. MOULY ou le vol du coucou" dont on peut être certain qu'elle va s'enrichir très rapidement. 

-------------------------------------------------------------------------------------------------






















































Le programme de réhabilitation du coeur de ville c'est l'équipe Bascou !

26 septembre 

Dans un article de l'Indépendant
(25 septembre), la municipalité s'approprie les opérations de réhabilitation du coeur ancien. Or, tout ce dont il est question dans cet article a été initié par l'équipe de Jacques BASCOU.

Ce serait mieux en le disant et, surtout, espérons que l'actuelle municipalité se montrera en capacité de réaliser cet important programme qui, dans l'esprit et la vision de Jacques BASCOU, se situait dans le prolongement de "l'acte fondateur" que fut la magnifique réhabilitation des Barques.

La "ville numérique" c'est l'équipe Bascou !

26 septembre 2014

M. MOULY dit "le coucou"
s'est emparé cette fois du concept de "ville numérique", laissant entendre qu'il venait de réaliser la révolution numérique à Narbonne.

Or, cette révolution est en marche depuis plusieurs années grâce à de nombreuses initiatives de l'équipe de Jacques BASCOU qui valent à Narbonne d'être l'une des rares villes françaises (la seule en Languedoc-Roussillon) dotées du label @@@@@. 

Là-aussi espérons que ça dure !
 

Inauguration de la crèche de Horte Neuve :
agressif et
grossier, M. Mouly c'est le "retour vers le passé"...

25 septembre 2014

Quelle image a donné M. MOULY

 de la fonction de maire, mardi soir lors de l'inauguration de la crèche Horte Neuve, une magnifique réalisation lancée et conduite par l'équipe de Jacques BASCOU !

Avec une agressivité et une grossièreté qui ont choqué l'assistance, M. MOULY a consacré son discours à solder un différend qu'il estime avoir avec le Conseil général et son élu narbonnais, Patrick FRANÇOIS, sans daigner dire un mot sur la crèche en question et sur le plus qu'elle apportait aux familles narbonnaises. 

Présent, Nicolas SAINTE-CLUQUE, porte-parole de J'aime Narbonne, et Martine MIR, ancienne élue en charge de la petite enfance et cheville ouvrière de la crèche de Horte Neuve, ont dénoncé cette attitude indigne du maire. Leurs propos ont été relayés ce matin par L'Indépendant (voir ci-contre).

Par ailleurs, en rapportant cet incident, le Midi Libre se demande si cette attitude ne signale pas "un retour vers le passé", celui de "la citadelle assiégée" (voir ci-dessous). 








Cette analyse, de très nombreux Narbonnais la font depuis six mois, à la lueur des comportements récurrents de M. MOULY et de "NN" : repli sur soi, arrêt de ce qui faisait rayonner la Ville comme Sportfolio ou le Festival Trenet, main mise sur les personnes
et les associations, favoritisme envers les amis, chasse aux sorcières et intimidation du personnel en mairie, bagarres stériles avec les partenaires indispensables comme le Grand Narbonne, la Région, le Département, etc etc... 


Pendant six ans, Narbonne s'est ouverte et a bénéficié de cet "esprit d'ouverture" insufflé par Jacques BASCOU. En six mois à peine, M. MOULY et "NN" nous infligent un dramatique retour en arrière dont hélas on peut craindre que Narbonne et les Narbonnais fassent les frais.
 

Recours en annulation des élections :
tout n'est pas perdu !

24 septembre 2014

Concernant le recours en annulation

des élections municipales,
l'audience devant le Tribunal administratif de Montpellier a été
plus nuancée que ne l'indique la demande de rejet formulée par
le rapporteur public (lire le compte rendu de cette audience et la
réaction de Nicolas SAINTE-CLUQUE,
porte-parole de J'Aime Narbonne). 

La décision finale appartient désormais aux juges. 
Tout n'est pas perdu, loin de là !




























 

Et maintenant, voici le "front commun"
entre M. Mouly et M. Ménard !

21 septembre 2014


Le Midi Libre nous révèle  

aujourd'hui l'idylle qui`
est en train de se nouer entre M. MOULY et son
homologue biterrois M. MÉNARD, le maire soutenu
par le Front national. Et le journal régional de
conclure son article ainsi : "Ce n'est pas un effet
d'annonce. Mouly et Ménard sont bien décidés à
faire front commun..."








Front contre quoi, contre qui ?
Ce n'est pas précisé.
Peut-être contre les deux présidents de leurs
agglomérations respectives, sur le mode
"citadelles assiégées réunies contre le monde entier..."

Toujours est-il que ce "front commun" rappelle aux
Narbonnais les tentatives de rapprochement entre
Nouveau Narbonne et la liste du Front national, qui
ont eu lieu entre les deux trous des municipales de
mars. Tentatives qui, semble-t-il, n'avaient échoué
qu'à cause de sordides turpitudes dont la justice
est toujours saisie à cette heure. 

Bref, après avoir échoué dans sa tentative de s'attirer
les suffrages du Front national à Narbonne, M. MOULY
se rapproche donc d'un maire soutenu par le FN

Voici probablement la signification profonde de ce "front
commun"... qui, une fois de plus, contredit le dogme de
l'apolitisme de Nouveau Narbonne.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------



































Face au fronT du repli Mouly-Ménard
l'alliance positive Bascou-Lacas

25 septembre 2014

Jacques BASCOU a pu s'exprimer
dans l'édition du Midi Libre de Béziers (lire ci-dessous) après la révélation du "front" commun décidé entre M. MOULY et son homologue de Béziers, M. MÉNARD, le maire plus que soutenu par le Front national.

Face à ce pacte des maires isolés dans leur citadelles, qu'il considère comme "un coup de com'" de plus sur les rives de la Robine et celles de l'Orb, le Président du Grand Narbonne porte la seule vision logique d'un rapprochement narbo-biterrois : celui-ci ne peut s'envisager qu'au niveau des deux agglomérations, en charge l'une et l'autre du développement économique, des transports, du logement, des problématiques bien plus fondamentales que le développement sportif évoqué par le duo MOULY-MÉNARD. 

Dans cette optique, Jacques BASCOU est parfaitement en phase avec Frédéric LACAS, le président de l'Agglomération Béziers-Méditerranée. C'est une alliance positive qui se dessine plutôt qu'un "front" du repli sur soi.

... suivie d'une précision utile, mais incomplète

23 septembre 2014

suite à notre précédent post
,  Midi Libre propose ce matin une mise au point utile, en réponse au fameux "militant" anonyme de Nouveau Narbonne. Cependant, le lecteur de Midi Libre Narbonne reste toujours ignorant du pourquoi et du comment de ce jeu de "ping pong". 

En effet, tout est parti de la réaction de J'Aime Narbonne à l'annonce du "front commun" entre MM. MOULY et MÉNARD, réaction dans laquelle étaient rappelées les tentatives d'accord entre "NN" et le FN entre les deux tours des élections municipales. Cette réaction de J'Aime Narbonne a été publiée dans Midi Libre, oui mais dans l'édition de Béziers. Allez comprendre !

Une étrange réaction de "militant" ...

22 septembre 2014

Dimanche,
Midi Libre nous a révélé la lune de miel qui s'installe entre M. MOULY et M. MÉNARD, le maire de Béziers soutenu par le Front National. Aujourd'hui, le quotidien régional fait part dans un écho d
'une partie de la réaction de J'Aime Narbonne, publiée hier sur cette page Facebook.

Cependant, le quotidien oppose à cette réaction celle d'un "militant" anonyme de NN qui déclare ceci : "J'Aime Narbonne ne devrait pas oublier que Jacques Bascou a eu le soutien du FN pour briguer la présidence du Grand Narbonne". Ce "militant" joue à merveille son rôle de partisan, ce qu'on ne saurait lui reprocher.

En revanche, le lecteur de Midi Libre risque fort de ne pas saisir tout le sens de cet échange puisque le propos produit par ce "militant" répond à une partie du point de vue de J'Aime Narbonne qui n'est pas développée par le journal. A savoir que nous avions rappelé les tentatives présumées d'accord entre "NN" et le Front national entre les deux tours des municipales, tentatives qui avaient dégénéré en pugilat judiciaire toujours en attente de résolution.

Bref d'un côté, nous avons un maire de Narbonne qui a semble-t-il tenté de s'entendre avec le FN aux municipales et qui se rapproche du maire de Béziers soutenu par le FN, et de l'autre un Président du Grand Narbonne qui n'a jamais sollicité le suffrage d'un élu du FN et encore moins engagé des tractations pour l'obtenir. 

Que cela ne fasse aucune différence pour un "militant", on peut le comprendre. Mais pour un journal qui ne manque pas de pertinence c'est plus étrange.

Conseils de quartiers :
souhaitons
que le bon travail perdure !

22 septembre 2014

Un petit retour en arrière

  s'impose sur la question des Conseils de quartiers que M. MOULY veut désarmer appeler les Conseils citoyens. 

En effet, dans l'Indépendant du 15 septembre, M. MOULY nous a démontré sa méconnaissance totale du fonctionnent de ces Conseils et il tente de le résumer à des problèmes de conteneurs manquants. 

M. MOULY confond en effet le travail de fond effectué par ces conseils tout au long de l'année, avec les réunions plénières (une fois par an et par quartier) en présence du maire et de la population afin de rendre compte du travail des Conseils et faire remonter les problèmes qui n'auraient pas été traités. 

Le rôle des Conseils de quartiers tel qu'il s'est construit sous la mandature de l'équipe de Jacques BASCOU est un travail profond, constructif destiné à examiner des problèmes d'ordre général qui pouvaient se poser au quartier, mais aussi une réflexion sur la vie des Narbonnais (plan de déplacement urbain, propositions sur les pistes cyclables, plan local d'urbanisme, conseil de développement). 

C'est faire injure aux citoyens qui ont participé à ce travail exaltant, pour lequel ils ont investi beaucoup de temps avec enthousiasme, que de réduire et caricaturer ce travail à des questions de conteneurs renversés ou manquants. La réalité c'est que ces citoyens ont poursuivi et accentué leur engagement car ils ont constaté que des réponses pouvais t et étaient apportées aux problèmes soulevés. 

Il faut souhaiter que les futurs conseils (dits "citoyens") puissent fonctionner au moins aussi bien et avec la même liberté de parole que ceux qui furent initiés par l'équipe de Jacques BASCOU.

Le "transfert" de Marc Delpoux à la mairie fait des vagues

20 septembre 2014

M. Mouly "rêvait" d'embaucher

  à son cabinet
Gilbert Ysern, Gérard Bertrand ou Philippe
Lucas. Il a finalement choisi Marc Delpoux qui
est aujourd'hui traité de "menteur" et
"d'usurpateur" par le club de rugby
de Bourg-en-Bresse. 


M. MOULY n'en loupe pas une dans le genre manque de
tact. En installant Marc DELPOUX à ses côtés au cabinet du
maire (directeur de cabinet chargé de mission, manager...
on ne sait pas trop), M. MOULY a déclaré qu'il avait "rêvé"
d'embaucher à ce poste Gilbert YSERN le Narbonnais directeur
de Roland-Garros, ou le vigneron manager Gérard BERTRAND
ou encore l'entraîneur vedette de natation Philippe LUCAS. 
(Lire les extraits de presse ci-dessous)
















Il faut donc comprendre que Marc DELPOUX n'était qu'un
quatrième choix. L'intéressé à dû apprécier... Cependant,
Marc DELPOUX s'est empressé de dire à la presse que la
proposition de M. MOULY ne pouvait pas se refuser. 

Est-ce à cause du même sens du devoir que Marc DELPOUX,
sur le point d'être embauché comme manager par le club
de rugby de Bourg-en-Bresse, a signifié son désengagement
par un simple SMS adressé aux dirigeants du club ? Dans l'Ain,
on n'a guère apprécié cette désinvolture et l'affaire a rebondi
dans la presse locale, jusqu'à Narbonne (lire les deux articles
à droite).

Ah ! évidemment un quatrième choix cela fait moins rêver...
 

Hélène Sandragné honorée pour tous ses mérites

20 septembre 2014

Hier soir (vendredi 19 septembre),

  Hélène SANDRAGNÉ, a reçu les insignes de Chevalier dans l'Ordre National du Mérite, en présence de sa famille, de ses amis, de ses collègues de travail, de tous ceux qui ont partagé et partagent ses convictions et ses engagements. 

Au cours de cette cérémonie pleine de sincérité, les nombreux mérites d'Hélène SANDRAGNÉ ont été salués à travers les discours de Georges LAMILHAU, au nom de l'Ordre national du Mérite, de Michèle MERCADIER, ancienne conseillère régionale qui fut longtemps un pilier de l'action sociale à Narbonne, et de la députée Marie-Hélène FABRE. 

A J'Aime Narbonne, cette distinction ravit l'ensemble des élus et des membres de l'association qui étaient nombreux autour de Jacques BASCOU, du président Jacques BAILLAT et du porte-parole Nicolas SAINTE-CLUQUE pour féliciter celle qui fut de 2008 à 2014 une adjointe au maire exemplaire dans l'équipe de Jacques BASCOU.

De 2008 à 2012, Hélène SANDRAGNÉ impulsa une remarquable politique de Santé, avec un fort accent mis sur la lutte contre l'obésité et les addictions et sur l'accès aux soins pour tous. A partir de 2012, après l'élection de Marie-Hélène FABRE à l'Assemblée nationale, Hélène SANDRAGNÉ devint tout naturellement la première adjointe de Jacques BASCOU, faisant apprécier ses capacités de travail, son sens de l'organisation et son engagement sans faille au service
de nos concitoyens. 

Ce matin, L'Indépendant souligne le
parcours professionnel et public
d'Hélène SANDRAGNÉ, pour exemple
de la "méritocratie" au sein de notre
République.






 

Conseil municipal : le groupe J'Aime Narbonne
alerte sur les premières dérives de "NN"

14 septembre 2014

Au cours du Conseil municipal

  de jeudi soir, malgré les prises de parole à rallonge et souvent soporifiques de M. MOULY, le groupe J'Aime Narbonne (par l'intermédiaire de Nicolas SAINTE-CLUQUE, Hélène SANDRAGNÉ, Jacques ADRADOS) a mis le doigt sur les premières dérives de la nouvelle majorité, qui se résument ainsi : réduction du champ de la démocratie locale, cadeaux aux associations amies, mains mise et main basse sur la ville et incertitudes sur les finances municipales. Voici un résumé en quatre points.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------


























































































Le retour de la main mise sur les associations

Durant l'été, 
"NN" a distillé plusieurs mauvais coups plus ou moins en douce. 

Ainsi, les amis de M. MOULY ont viré l'association de consommateurs UFC-Que Choisir des locaux qui lui avaient été attribués et inaugurés en février dernier. Dans le même temps, des associations proches de la mairie ont été très bien servies : l'association départementale de Protection civile, présidée par l'époux de l'adjointe Mme BELOTTI-LASCOMBE s'est vue attribuer une villa municipale ; tandis que M. GRAU, président de Convergencia Narbonesa, a reçu pour services rendus une salle de prestige à l'Office du Tourisme.

Plus généralement, Nicolas SAINTE-CLUQUE s'est inquiété du devenir du service dédié aux associations et sur la répartition future des subventions, qui se faisait jusqu'alors sur la base de critères objectifs. En effet, durant l'été l'entourage proche du maire a fait filtrer dans la presse que les associations dépendraient directement du cabinet du Maire. Voilà qui n'augure rien de bon pour une répartition équitable des subventions.





Citoyens ! on ne vous protège plus, on vous surveille. Et on ne sait toujours pas comment
on va payer 20 policiers municipaux de plus...

Dans un précédent article,
alors que "NN" développait son habituelle et malhonnête propagande sur les charges de personnel municipal, nous nous disions en droit d'attendre que M. MOULY nous éclaire sur la manière dont il allait financer le recrutement de 20 nouveaux policiers municipaux destinés principalement à passer leurs journées et leurs nuits derrière les écrans de la vidéo protection, devenue désormais vidéo surveillance ce qui en dit long sur l'état d'esprit du pouvoir municipal : citoyens ! on ne vous protège plus, on vous surveille.

Toujours est-il que la question, posée jeudi soir par Hélène SANDRAGNÉ, reste toujours sans réponse. 

Alors que faut-il craindre ? 

Va-t-on finalement augmenter les impôts des Narbonnais après la baisse démagogique et ridicule de 2 € sur la taxe d'habitation de cette année ?

Va-t-on revenir sur les avancées sociales dont a bénéficié le personnel municipal depuis 2008 : retour aux situations scandaleusement précaires, suppression du régime indemnitaire pour tous, arrêt de l'aide à la prise en charge de la mutuelle, arrêt du plan de formation, etc ?

Voilà les menaces qui pèsent désormais, pour avoir voulu mettre en place de manière démagogiquecette présence permanente de la vidéo surveillance alors que toutes les études montrent que ce dispositif ne modifie en rien le résultat sur la délinquance. Une délinquance qui, selon le commissaire de police qui vient de quitter Narbonne, est inférieure à toutes les villes de la région. 

Même si l'humilité doit être de mise dans ce domaine, on aura la faiblesse de penser que l'accroissement des moyens de la police municipale entre 2008 et 2014 (doublement des effectifs, armement, création de la vidéo protection mais aussi création d'un service de médiation pour anticiper et gérer le problèmes en amont), ont contribué à ce que Narbonne soit aujourd'hui une ville plutôt paisible en la matière.

Voilà pourquoi l'équipe J'Aime Narbonne avait envisagé dans son programme de placer 3 ou 4 agents devants les caméras de vidéo protection, dans des créneaux horaires ciblés, avec un coût-efficacité bien dosé.

"NN" et M. MOULY préfèrent engager une dépense inconsidérée dont on ne sait toujours pas comment elle sera absorbée et dont l'efficacité n'a jamais été prouvée nulle part dans d'autres villes...

La gestion du handicap
se
fera en famille

La constitution
de la commission communale d'accessibilité (structure créée par l'équipe BASCOU car presque rien n'avait été fait avant pour soulager le handicap à Narbonne) a bien illustré le retour des pratiques de Nouveau Narbonne. 


A côté des 9 élus de la majorité et de 7 associations spécialisées dans le handicap, "NN" a décidé d'inviter deux associations d'usagers (une association de consommateurs et une association de protection de l'environnement). 

Et qui a choisi M. MOULY ? Deux associations satellites à l'adresse de "NN". La première, Narbonne Famille Consommateurs, a été fondée par Mme BELOTTI-LASCOMBES (voir photo), et la seconde, Narbonne Environnement, fut jusqu'à 2008 un bras armé de "NN". 

Voilà bien le retour de la main mise sur la ville. Ceci est d'autant plus détestable que ces deux associations inféodées à "NN" sont très loin d'avoir l'expérience et l'expertise dans leurs domaines respectifs que peuvent faire valoir UFC-Que Choisir pour les consommateurs ou ECCLA pour la défense de l'Environnement. 

Comme il est déjà loin le temps de l'ouverture et du respect qu'avaient instauré Jacques BASCOU et son équipe !

Un flou inquiétant
sur
les conseils de quartiers

Avant 2008,
le concept de "démocratie participative" était inconnu à Narbonne. Et pour cause : il ne fait pas partie de l'ADN de Nouveau Narbonne. 

Fort heureusement, l'équipe de Jacques BASCOU a donné depuis 2008 un véritable souffle à la démocratie locale, à travers notamment les sept conseils de quartiers (créés en 2009) qui ont permis à des dizaines de citoyens de s'investir dans la vie de la cité et d'éclairer les décisions des élus.

Face à la réussite de cette expérience, Nouveau Narbonne n'a pas pu fort heureusement laisser s'exprimer sa nature profonde et revenir à la situation antérieure. Cependant, le nouveau dispositif de Conseils citoyens présenté au conseil municipal, présente des zones d'ombres et de flou qui laissent craindre une tentative de récupération et de contrôle de ces fucus Conseils.

Jacques ADRADOS, l'élu de J'Aime Narbonne qui fut jusqu'en mars le garant de la démocratie participative locale, a souligné ces risques de dérive et certaine libertés prises avec les textes de loi en vigueur, notamment avec la Loi de programmation pour la Ville et la Cohésion urbaine de février 2014 qui précise le fonctionnement des Conseils citoyens dans les quartiers prioritaires (en l'occurrence St-Jean/St-Pierre, Razimbaud et Bourg).

"NN" prévoit de désigner 10 personnes et de nommer un élu, ce qui ne figure pas dans le texte de loi en question. Bien évidemment, chacun peut comprendre où "NN" veut en venir : mettre la main sur des conseils qui n'auront de "citoyen" que le nom...

 

Musée de la Romanité : M. MOULY ment
ou
bien il n'écoute pas pendant les réunions...

13 septembre 2014

Pris en flagrant délit

  de mensonge par Jacques BASCOU lors du Conseil municipal
(lire l'encadré à droite), M. MOULY a remis ça à propos du Musée de la romanité (MURÉNA).

A deux jours d'intervalle, Midi Libre nous en fait la démonstration.

1. Dans son édition du 12 septembre, le journal régionalrapporte une déclaration de M. MOULY
qui fait le compte-rendu d'une réunion technique au Conseil régional au cours de laquelle on lui
aurait dit que le projet serait ramené à 20 M€ et non plus 42 M€ comme prévu (voir extrait ci-dessous). 
















2. Aujourd'hui même, le même journal nous dit que "le musée ne se fera pas au rabais" et il cite le
vice-président en charge des finances, Didier CODORNIOU, qui indique que le dossier de
financement est acté pour 44 M€(voir  extrait ci-dessous).











M. MOULY a donc menti une fois de plus. A moins qu'il n'ait pas écouté pendant la réunion avec le Conseil régional...

Conseil municipal : M. Mouly pris
en
flagrant délit de mensonge par Jacques Bascou

13 septembre 2014 

M. MOULY pris
en flagrant délit de mensonge par Jacques BASCOU ! C'était jeudi soir au Conseil municipal. 

Au détour d'une intervention de Jacques BASCOU, M.MOULY, dans un premier temps, a refusé de reconnaitre avoir rencontré le journaliste et écrivain Jacques PLESSIS à Paris afin d'envisager l'organisation de prochains spectacles. Mais, dans un second temps, M. MOULY a été forcé de l'admettre lorsque Jacques BASCOU a précisé que cette rencontre s'est faite en présence de l'adjoint CESAR et de l'ancien sous-préfet DUBOIS. 

M. MOULY est devenu tout rouge de confusion et s'est enfoncé dans son siège. Comme un vilain petit garçon pris en faute !
 

Charges de personnels : Narbonne est toujours
bien
plus économe que les autres villes. Jusqu'à quand ?

12 septembre 2014

Après les dernières outrances de Nouveau Narbonne

  à propos de l'augmentation de la masse salariale de la maire sous la municipalité de Jacques BASCOU, ce dernier a pu s'exprimer ce matin dans la presse et rappeler cette évidence : Narbonne reste - et de loin - une des villes les plus économes dans sa catégorie. (On a démontré dans un post précédent que Narbonne est avec Alès, la ville la plus économe du Languedoc-Rousillon)













Par ailleurs, un graphique publié par l'Indépendant montre que l'écart entre les charges de personnel par habitant à Narbonne et les charges de personnels par habitant dans les villes de 50 000 à 100 000 habitants a peu varié entre 2008 et 2013. 

En 2008, Narbonne dépensait 35 % de moins que la moyenne des villes et en 2013 cet écart était de 28 % en faveur de Narbonne.
















Entre temps, l'équipe de Jacques BASCOU avait dû effacer l'héritage calamiteux de la précédente gestion (précarisation de nombreux agents, primes à la tête du client etc... etc...) et elle avait fait le choix de renforcer des services essentiels à la population (écoles, petite enfance, sécurité, social à travers le CCAS), choix totalement assumés par Jacques BASCOU.

Cela a pu être fait sans rompre l'équilibre budgétaire, sans augmenter les taux locaux d'imposition, et en maintenant un haut niveau d'investissement qui a permis de transformer la ville, de l'animer et d'acquérir une des position les plus enviées parmi les villes moyennes du Sud de la France. 

Maintenant, comme Jacques BASCOU l'a fait dans la presse ce matin, on attend tous de voir ce que Nouveau Narbonne et M. MOULY vont faire de ce bel héritage.
 

Les dépenses de personnel de la Ville ?
Oui, parlons-en !

10 septembre 2014

Déformer, désinformer, manipuler...

 il en restera toujours quelque chose ! C'est la tactique de Nouveau Narbonne depuis l'élection de mars, à croire que l'équipe Mouly est toujours en campagne électorale. 

Toujours est-il que "NN" (sur sa page Facebook) annonce la couleur pour le conseil municipal de demain. Il y sera sûrement question une fois de plus des dépenses de personnel de la ville, sujet devenu classique autant que caricatural. 

Après avoir si souvent dénié la réalité des chiffres et des ratios produits chaque année par la Direction générale  des finances publiques (DGFIP), "NN" s'empare des résultats du compte administratif de 2013, pour annoncer en version brut de décoffrage que les dépenses de personnel de la ville ont augmenté de 43 % en valeur absolue depuis 2008. 

Mais, bien entendu, "NN" n'apporte pas l'éclairage nécessaire à la compréhension de ce chiffre. Bien sûr, "NN"' se garde bien de préciser que ces dépenses de personnels s'élèvent à Narbonne à 558 € par habitant, tandis qu'elles représentent 772 €/hab dans la strate des villes de taille comparable (50 000 à 100 000 habitants). La masse salariale est donc 30 % moins lourde à Narbonne que dans la plupart des villes.

Narbonne est la ville qui dépense
le moins pour le personnel municipal

"NN" oublie aussi de dire que c'est à Narbonne (ainsi qu'à Alès) que ces dépenses de personnel sont les plus faibles de toute la région Languedoc-Roussillon : ainsi, ce ratio est de 605 € à Montpellier, 614 € à Nîmes, 662 € à Carcassonne, 745 € à Perpignan, 828 € à Béziers, 976 € à Sète, ou encore 796 € à Avignon et 942 € en Arles pour parler de villes proches de PACA.

Bien sûr, dites comme cela, les choses sont moins frappantes et cela ne sert pas les mauvaises intentions de "NN"... 

De la même manière, "NN" se garde bien de dire que les postes qui ont été créés entre 2008 et 2012 l'ont été pour pallier les insuffisances de sa gestion passée mais aussi pour régulariser des dizaines de situations scandaleuses entretenues pendant des décennies. Mais surtout, ces emplois ont été créés pour renforcer les services à la population, dans les domaines de l'éducation, de la petite enfance, des espaces verts, de la propreté, des  services techniques, des marchés publics, et aussi de la sécurité avec un service de médiation et un quasi doublement de la police municipale.

M. Mouly va-t-il nous dire le coût
des futurs policiers municipaux ?

Une question simple : M. MOULY va-t-il reprocher à Jacques BASCOU ces emplois pour plus de sécurité lui qui se propose d'en rajouter une vingtaine dans un proche avenir ? En revanche, par souci de cohérence, nous espérons qu'il éclairera les Narbonnais sur la manière dont il va financer ces embauches.

En effet, c'est de la cohérence et de l'honnêteté qu'on est en droit d'attendre sur ces questions-là et sur toutes les autres, plutôt que du dénigrement systématique. A moins, que M. MOULY n'ait encore besoin de justifier l'arrêt  des poursuites judiciaires contre l'émission Capital-M6 qui avait livré une présentation caricaturale et malhonnête de la gestion du personnel à Narbonne. 

Sans doute en a-t-il besoin en effet, car l'on connaîtra sans doute dans un proche avenir les dessous de ce désengagement judiciaire, qui est une insulte à l'immense majorité des employés municipaux qui travaillent au service des Narbonnais, mais également une insulte aux  journalistes qui pratiquent leur métier avec bonne foi. 

De même que nous reviendrons sans tarder sur les autres ratios de gestion issus du compte administratif de l'année 2013 qui indiquent, comme les années précédentes, que Narbonne a été bien gérée par l'équipe de Jacques BASCOU. Non seulement bien gérée, mais mieux gérée que la plupart des villes de la région (ainsi que l'avait souligné une enquête régionale de Midi Libre en mars dernier (voir extrait sur notre photo).

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

De la gestion Bascou, parlons-en encore...
en attendant de voir M. Mouly à l'oeuvre

11 septembre 2014

On a démontré ci-dessus
que le coût par habitat des charges de personnel de la Ville de Narbonne est le plus faible de toutes les villes de la Région (avec Alès) et très en-dessous de la moyenne des villes de 50 000 à 100 000 habitants (30 % en-dessous). 

Mais ce que disent aussi les chiffres de Direction générale des finances publiques, sur la base du compte administratif de 2013, c'est que l'équipe de Jacques BASCOU peut être gratifiée d'une bonne gestion dans tous les domaines. 

1. Les charges de fonctionnement (incluant donc les charges de personnel) ont été de 1214 € par habitant à Narbonne contre 1400 €/hab pour la moyenne des villes comparables.

2. L'investissement (autrement dit la construction de l'avenir) a été de 658 € par habitat à Narbpnne, contre 603 € pour la moyenne des villes comparables. Une performance notable en période de crise et cela a permis de soutenir les entreprises et l'emploi local.

3.La dette par habitant était de 1117 € par habitant à Narbonne contre 1282 € pour la moyenne des villes comparables. 

4. Le montant moyen de la taxe d'habitation est de 159 € par habitant à Narbonne contre 235 € pour la moyenne des villes comparables.

CONCLUSION : la gestion de l'équipe BASCOU a permis d'investir pour faire avancer la ville, tout en maitrisant les dépenses de fonctionnement et la dette, et sans alourdir les impôts des Narbonnais. 

On attendra de voir si M. MOULY et Nouveau Narbonne permettront à la Ville de conserver sa bonne santé financière.
 

Insécurité Rue Droite :
mais que fait M. Mouly ?

10 septembre 2014

Les commerçants et riverains

  de la rue Droite
expriment ce matin dans la presse leur exaspération
pour des faits d'insécurité.

Et que dit l'un d'entre eux ? Que la mairie n'a
toujours pas répondu à leur courrier
(lire l'extrait ci-dessous). 










Mais que fait M. MOULY qui a mené une campagne
outrancière et démagogique sur la question de la
sécurité et nous promettait qu'on allait voir ce qu'on
allait voir ? (lire l'encadré à droite)

En attendant, les commerçants de la rue Droite
n'ont rien vu venir dans leur boîte aux lettres.

Et voici ce qu'écrivaient
M. Mouly et "NN"
sur leur
profession de foi électorale !

SANS COMMENTAIRE


 

Le rassembleur Jacques Bascou
est
conforté au Grand Narbonne

9 septembre 2014

Elu maire d'Argeliers, 

à la suite d'un nouveau tour électoral dimanche, Gilles LAUR a apporté son soutien sans faille au président Jacques BASCOU.
Cela ne fait pas plaisir à tout le monde... mais on s'en doutait ! (lire ci-dessous) 






















VERS UNE MAJORITÉ PLUS LARGE QUE PRÉVU
POUR JACQUES BASCOU

La marque de confiance
que vient d'adresser M. Gilles LAUR, nouveau maire d'Argeliers, au Président du Grand Narbonne confirme que Jacques BASCOU est bien l'homme du rassemblement pour le territoire, l'homme qui refuse la vision étroite et égocentrique que voulaient imposer M. MOULY et Nouveau Narbonne. 

D'ailleurs, contrairement à ce qui a pu être dit ou écrit ici et là, on verra très bientôt au Grand Narbonne que, malgré les coups de menton et les crises de nerfs de "NN", la majorité de Jacques BASCOU sera bien plus large que ne l'a indiqué le score de son élection à la présidence en avril dernier. Et l'on verra que "NN" et ses alliés (dont l'indescriptible M. SCHIVARDI !) ne dépasseront pas la trentaine de suffrages sur 81, tandis que le groupe du Président aura augmenté son audience autour de 45 élus. 

Alors, il faudra bien que M. MOULY et son ambitieux super adjoint M. MALQUIER arrêtent leurs crises de nerfs et se mettent enfin à travailler dans la cadre du rassemblement que porte Jacques BASCOU.
 

Barques en scène :
merci
au Festival Trenet !

1er septembre 2014

L'équipe nombriliste

  de M. MOULY n'a pas
manqué une nouvelle occasion de se faire
lustrer grâce aux actions de la municipalité de
Jacques BASCOU et se son équipe. 

Ainsi, le Midi Libre relais ce matin, sans la
moindre retenue et sans prendre le recul qui
aurait été souhaitable, une insupportable litanie
d'autosatisfaction de l'adjoint CESAR qui nous
explique que le festival Barques en scène est un
"incontestable succès" parce qu'il a réuni 33 000
visiteurs en trois jours, ainsi que l'a titré
Midi Libre (voir photo de gauche).

C'est bien et on s'en réjouit, mais c'est oublier que le Festival Trenet, créé par l'équipe de Jacques BASCOU et sans lequel Barques en scène n'existerait pas, réunissait environ 30 000 personnes... chaque soir de fête. 

M. CESAR a donc encore beaucoup à prouver pour faire que Barques en scène atteigne la notoriété du Festival Trenet. En attendant, il gagnerait à se montrer plus modeste dans ses déclarations, ainsi que l'a rappelé ce matin L'Indépendant en soulignant très justement la paternité de cette fête de fin d'été (voir extrait de cet article en haut à droite).

La "baignade pour tous" à Narbonne-Plage,
c'est
au bilan de l'équipe Bascou !

13 août 2014

Encore une fois Nouveau Narbonne 

 tire la couverture à soi, et tente de s'approprier le bilan de l'équipe de Jacques BASCOU. 

Ainsi, les élus "NN" paradent dans un article de l'Indépendant consacré au dispositif exemplaire mis en place à Narbonne-Plage pour faciliter la baignade des personnes handicapées. Sans que soit dit un mot sur le fait que ce dispositif a été créé par l'équipe de Jacques BASCOU, particulièrement par Georges ABBAMONTE, l'ancien élu délégué aux questions d'accessibilité. 

Plusieurs autres dispositifs ont été créés ces dernières années par l'équipe BASCOU afin de rendre la plage et la baignade accessibles aux personnes à mobilité réduite. C'était un pan important de la politique d'accessibilité de toute la ville, initiée par la municipalité de Jacques BASCOU, et qui a mobilisé un budget de 850 000 € par an. 

Avant 2008, rien ou presque n'avait été fait dans ce domaine par Nouveau Narbonne !

J'Aime Narbonne et Jacques Bascou
s'élèvent contre la "chasse aux sorcières"

12 août 2014

Après l'annonce

  de la mise au placard de Jean-Marie KLAUI, le chef de la police municipale, ce matin dans la presse, Nicolas SAINTE-CLUQUE, porte-parole de J'Aime Narbonne, dénonce la "chasse aux sorcières" ouverte par Nouveau Narbonne et M. MOULY.

Par ailleurs, Jacques BASCOU rappelle ce qu'a été à la mairie - et ce qui est toujours au Grand Narbonne - sa conception ouverte et respectueuse du rôle des employés municipaux."Premièrement, les employés municipaux ne sont pas là pour servir une équipe mais au service des Narbonnais. Deuxièmement, pendant leur temps de repos ils sont libres d'avoir des opinions. Durant mon mandat je n'ai brimé personne. J'ai travaillé avec des chefs de services qui ne partageaient pas mes accointances politiques. Pourtant certains ont été promus." 

Pour Nouveau Narbonne et M. MOULY, cette hauteur de vue n'est même pas pensable, en encore moins envisageable. Les temps vont être durs à la mairie.
















 

En plein mois d'août...
M. Mouly
ouvre la "chasse aux sorcières"

10 août 2014

Attention au mois d'août ! 

Quand la plupart des
gens prend un repos bien mérité et se vide la tête
des questions  du quotidien, certains en profitent
pour faire leurs mauvais coups en douce, pensant
que la pilule passera plus facilement. 

M. MOULY a appliqué ce procédé détestable
pour virer de ses fonctions le chef de la police
municipale, Jean-Marie KLAUI. 

Ainsi M. MOULY pense peut-être que son mauvais
coup passera inaperçu aux yeux des Narbonnais. 

Mais les Narbonnais savent désormais que la
"chasse aux sorcières" a bel et bien commencé à la
mairie de Narbonne, malgré toutes les déclarations
qui se voulaient apaisantes du candidat MOULY lors
des dernières municipales.

Il écrivait ceci sur sa profession de foi :"Je 
rencontrerai, au cours de larges échanges,
le personnel municipal pour le rassurer
pleinement sur son avenir. " 

C'est sûr, les municipaux sont rassurés !

Le même M. MOULY avait adressé un mail aux
employés municipaux à la veille du premier tour
dans lequel il écrivait ceci : "Une fois élu, je
m’engage solennellement à ne jamais faire
de « chasse aux sorcières »"

Sans commentaire !



























PROMESSES TRAHIES ! 

Voici ce qu'écrivait
M. Mouly
sur sa
profession de foi...

... et voici le mail que
M. Mouly avait adressé
aux
employés municipaux
avant les élections

Jean-Marie Klaui ne se laissera pas faire Soutenons-le !

11 août 2014

Vous avez été nombreux 
à marquer votre indignation à la suite de l'annonce de la mutation sanction infligée par M. MOULY à Jean-Marie KLAUI, le chef de la Police municipale. Vous avez aussi témoigné votre solidarité et votre soutien à ce fonctionnaire compétent et apprécié, en poste depuis 1998 à la tête de la police municipale (donc bien avant l'arrivée de Jacques BASCOU à la mairie).
Ce matin, Jean-Marie KLAUI annonce dans la presse qu'il ne se laissera pas faire et qu'il entreprendra toutes les démarches possibles pour enrayer cette "chasse aux sorcières" dont il est la première victime. 
Ceux qui ont cru les belles promesses de M. MOULY comprennent aujourd'hui que Nouveau Narbonne n'a rien changé à ses pratiques haineuses et sectaires. Ce n'est, hélas, que le début des lendemains qui déchantent... 

Grand Narbonne et Montpellier : le chantier de l'avenir.
On n'attend plus que le maire de Narbonne...

2 août 2014

Comment aborder la réforme des régions ?

  Comment permettre au Languedoc-Roussillon d'exister pleinement ? Jacques BASCOU, président du Grand Narbonne et Philippe SAUREL, maire de Montpellier et président de Montpellier-Métropole ont évoqué ces questions d'avenir hier, en présence d'autres élus du Grand Narbonne.

Entre le Grand Narbonne et Montpellier se développe une même vision qui est celle de la coopération des territoires en relation avec la métropole montpelliéraine, en contre poids de la puissance toulousaine. La complémentarité doit être le maître-mot. 

Dans cette vision de l'avenir, la proposition de Jacques BASCOU de faire de Narbonne la capitale de la grande région, prend tout son sens.

M. MOULY, maire de Narbonne, ferait bien de s'inscrire dans ce mouvement plutôt que de tenter des manoeuvres politiciennes assez pathétiques qui consistent à essayer de s'attirer les bonne grâces du président de la Région, M. BOURQUIN, tout en lui mettant le couteau sous la gorge pour le financement du Musée de la Romanité. 

A l'évidence, il y a plusieurs manières de faire de la politique. Celle qui regarde l'avenir et celle qui regarde son petit doigt...
 

M. Mouly va-t-il sacrifier le musée de la Romanité
pour faire passer sa "grande salle" ?

30 juillet 2014

M. MOULY a clamé

  pendant la campagne électorale qu'il voulait faire rayonner Narbonne. Résultat : dans les premiers jours de son mandat il a supprimé les deux événements qui faisaient le plus rayonner notre ville, Sportfolio et le Festival Trenet !

Va-t-il faire de même avec le Musée régional de la Narbonne antique ? On peut le craindre à la lecture du courrier qu'il vient d'adresser au Président de la Région, Christian BOURQUIN. 

M. MOULY donne l'impression de la jouer sur l'air de "je t'aime moi non plus". Il affirme en effet que ce musée est un beau et bon projet, mais il somme en quelque sorte la Région (qui doit investir plus de 40 millions d'euros dans l'affaire), de cracher encore un peu plus au bassinet.

Derrière ces postures, on sent nettement comme une envie de se désengager de ce musée, tout en essayant de faire porter le chapeau à d'autres.

M. MOULY n'est-il pas en train de comprendre que son projet de Grande salle (annoncé à 15 millions mais qui dépasserait largement cette facture s'il se faisait) va consommer toutes les capacités d'investissement de la Ville, mais aussi qu'il sera un gouffre pour le budget de fonctionnement ? 

M. MOULY n'est-il pas sur le point de sacrifier un élément de plus du rayonnement touristique et économique de Narbonne pour faire passer sa "Grande salle" dont il est prouvé qu'elle ne correspond pas aux besoins de la population narbonnaise ? 

90 % des demandes de places en crèches satisfaites :
merci à l'équipe de Jacques Bascou !

25 juillet 2014 et 30 juillet 2014

La presse s'est fait l'écho

de la dernière réunion de la commission d'attribution des places en crèches, avec un taux de 90 % de demandes satisfaites. 

C'est une bonne nouvelle qui souligne l'excellente politique de la petite enfance menée depuis 2008 par l'équipe de Jacques BASCOU. En six ans, ce taux de demandes satisfaites a été multiplié par deux (il n'était que de 40 % en 2008) et le nombre de lits a augmenté de 75 %, notamment grâce aux ouvertures prévues en septembre de la nouvelle crèche publique de Horte Neuve, et de la crèche privée Babilou, dont les 50 lits ont été achetés par la Ville pour répondre aux demandes. 

En outre, cette commission d'attribution des places en crèches, qui garantit la transparence et l'équité,
est une création de l'équipe
de Jacques BASCOU, ainsi
que le service dédié à la petite
enfance dans le cadre du
Centre polyvalent Yvette
Chassagne, à Berre-Cesse
(voir la photo ci-contre). 

Toujours prompte à
récupérer le bilan de l'équipe
de Jacques BASCOU, l'actuelle
municipalité fera-t-elle mieux
en la matière ?
On attend de voir.

En attendant, L'Indépendant
a publié un communiqué de
J'Aime Narbonne qui rétablit
la vérité des faits et des
chiffres. Cela va mieux en
le disant !
 

Fleurissement des Barques :
M.
Mouly ressort les recettes de papa...

27 juillet 2014 

On ne discutera même pas du parti esthétique.

Tous les goûts sont dans la nature, et à
J'Aime Narbonne on aime aussi les fleurs et  la verdure. Les Narbonnais s'en sont d'ailleurs
aperçus, ces six dernières années, avec de multiples améliorations et de nombreuses
innovations dans le domaine des espaces verts.

Mais que dire de cette arrivée massive de totems fleuris sur les Barques, sinon qu'elle est une
vraie caricature au coeur de l'aménagement de cette promenade. C'est hors de propos et hors
sujet dans cet espace ouvert que M. MOULY n'a semble-t-il de cesse de vouloir transformer à
sa sauce.

A moins que M. MOULY n'ait une fois de plus trouvé son inspiration dans les vieilles recettes
qui avaient cours sous le règne de son père, au début des années 70. 

Ces recettes ont été décrites par le premier adjoint de l'époque, Alain MADALLE, dans son
ouvrage fort intéressant "Le combat inachevé". Voici ce qu'il écrit à propos des premières
années de la municipalité d'Hubert MOULY  : "... notre action sur le terrain semble se limiter à
"des coups de pinceaux" et à des "pots de fleurs" (le cas type est le fleurissement de la
promenade des Barques) que nous donnons et plaçons généreusement..."

On peut donc en conclure que Nouveau Narbonne se sera contenté de fleurir les Barques
quand Jacques BASCOU les a transformées et modernisées. Cela fait toute la différence ! 




















Oraison funèbre ?


29 juillet 2014 

Ainsi que nous le montrent
ces deux photos publiées par l'Indépendant, les pyramides de fleurs installées ces jours-ci sur les Barques ont eu un précédent dans l'histoire narbonnaise : en effet, une pyramide de couronnes avait été dressée en 1907 en hommage aux fusillés du 19 juin 1907, pendant l'épisode de la Révolte des vignerons.L'arrivée des pyramides sur les Barques est-elle une oraison funèbre pour l'esprit du lieu ? 
 

"Narbonne capitale" : un bon accueil ...
mais une réaction sans surprise de "NN"



"Quand le sage montre la lune, 


l'imbécile regarde le doigt"


(Proverbe chinois)



27 juillet 2014

La proposition de Jacques BASCOU
de faire Narbonne capitale de la future grande région continue d'intéresser et de faire réagir. Plus de 12 000 internautes ont visité la page Facebook de J'Aime Narbonne et des milliers d'autres se sont rendus sur ce site.

Le débat est ouvert, avec son lot de questions comme il se doit. Et au bout du compte l'impression qui se dégage peut être ainsi résumée : "Pourquoi pas Narbonne capitale ?"

Tout le mérite de Jacques BASCOU est là, d'avoir inscrit Narbonne dans le sens de l'histoire qui est en train de s'écrire plutôt que de regarder passer le train comme cela s'est produit tant et tant de fois dans notre région. Le propos de Jacques BASCOU est limpide : portons tous ensemble cette ambition pour Narbonne et pour la future grande région ! 

Cette vision a été globalement bien perçue, sauf par ceux qui auraient dû s'en emparer en priorité, c'est-à-dire les nouveaux dirigeants de la Ville de Narbonne. 

Dans un communiqué rageur, plein de fiel et toujours au ras des pâquerettes, Nouveau Narbonne fait ce qu'il a toujours fait : de la politique politicienne de bas étage. 

Ainsi, Jacques BASCOU n'aurait "ni autorité ni légitimité pour 
s’exprimer au nom de la ville de Narbonne." N'ont-ils donc
pas vu que le Président du Grand Narbonne, avec la légitimité
et les missions qui sont les siennes - c'est-à-dire d'assurer le
développement cohérent d'un territoire de 130 000 habitants -
est plus que fondé à tracer le cap et à porter des projets et
des initiatives. 

Selon "NN", le tort de Jacques BASCOU aurait été de "faire
cavalier seul", autrement dit de ne pas faire cette proposition
de concert avec la Ville de Narbonne. En effet cela aurait été
préférable ! 

Mais qui, depuis l'élection légitime de Jacques BASCOU à la
tête du Grand Narbonne refuse de coopérer avec l'agglo, qui
fait obstruction à chaque conseil, qui refuse la main tendue
pour travailler ensemble au bien commun du territoire et de
la ville ? C'est Nouveau Narbonne et M. MOULY ! 

Alors comment venir reprocher aujourd'hui à Jacques BASCOU
de prendre des initiatives qui vont dans le sens de l'intérêt
général et qui préparent l'avenir ? Depuis avril, M. MOULY a fait
beaucoup de mousse sans jamais encore afficher la moindre
vision et le moindre projet de développement. On le voit courir
en ville pour soulever le couvercle des conteneurs à ordures,
pour labourer un terrain à Montplaisir, pour mettre des fleurs sur les Barques que d'autres ont su transformer, et plus généralement pour s'attribuer tous les mérites des réalisations de l'équipe de Jacques BASCOU, notamment sur la politique de la petite enfance et la politique de la santé. 

Et ce même M. MOULY, qui finit son communiqué rageur en affirmant que NN est prêt "à travailler de concert avec tous ceux qui ont pour objectif le rayonnement et le développement de Narbonne", est celui qui dans sa première semaine de mandat a supprimé les deux événements qui faisaient le plus rayonner Narbonne : Sportfolio et le Festival Trenet...

Alors s'il vous plaît M. MOULY, soit vous venez travailler sérieusement avec BASCOU au Grand Narbonne, soit vous restez dans l'actuelle répartition des rôles : continuez à faire de la mousse et laissez Jacques BASCOU s'occuper de l'avenir ! 

Oui, on peut méditer sur le célèbre proverbe chinois : "Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt"...


M. MOULY OÙ EST LA COHERENCE ?


Encore une illustration du caractère politicien de Nouveau Narbonne et de M. MOULY. 

Après avoir tenté de discréditer la proposition de Jacques BASCOU pour "Narbonne capitale de la grande région", tout en déclarant qu'il s'agit d'une proposition intéressante, M. MOULY déclare publiquement sa "solidarité" à Christian BOURQUIN, le président de la région Languedoc-Roussillon, lequel s'oppose farouchement à la réforme des régions... 

Comme on dit chez nous, c'est un sacré "mescladis". En bon français cela entraîne une question évidente : Où est la cohérence ?

 

NARBOnne CAPITALE :
partageons
l'ambition de Jacques Bascou !






24 juillet 2014

Dans le cadre de la réforme des régions,

désormais engagée,
Jacques BASCOU fait part ce matin dans la presse de son
ambition pour Narbonne. Il propose d'en faire la capitale de la
future grande région qui réunira Languedoc-Roussillon
et Midi-Pyrénées. Jacques BASCOU développe de nombreux
arguments en faveur de cette proposition.
A lire, à relire, à partager, à diffuser.

***

J'Aime Narbonne soutient cette initiative de Jacques BASCOU
qui porte une grande ambition pour notre ville.
Faites part de votre soutien, nourrissez le débat !


18 648 personnes ont suivi
cette initiative via Facebook

























Sans Sportfolio, un mois de juin
en
berne pour l'industrie touristique

20 juillet 2014

L'agence de développement

touristique audoise vient de livrer son bilan de conjoncture réalisé auprès des professionnels du secteur pour le mois de juin 2014. 

De ces éléments, il ressort "une relative stabilité de l’activité touristique du mois de juin 2014 par rapport à l’année précédente. Sans se satisfaire de ce statuquo, il est encourageant de constater que, malgré les difficultés économiques, la destination touristique Aude Pays Cathare garde toute son attractivité, boostée par son littoral méditerranéen. "

Ce bilan, plutôt encourageant souffre pourtant d'un point noir ainsi décrit : "Seul secteur en délicatesse, le tourisme urbain connaît un début de saison erratique, les clientèles de proximité ayant profité d’une météo clémente et du long week-end de Pentecôte pour s’adonner aux joies de la plage."

Ce phénomène s'est d'autant plus amplifié à Narbonne que rien ne retenait les touristes en centre ville, et surtout pas le festival Sportfolio qui avait attiré près de 40 000 visiteurs en 2013. 

Un festival qui avait été porté et soutenu par la municipalité de Jacques BASCOU, justement parce qu'il animait la ville en avant-saison. Hélas, M. MOULY n'a pas compris l'intérêt de ce festival et il a fait en sorte qu'il disparaisse dès la première semaine de son mandat, au prétexte qu'il fallait libérer la salle des Consuls pour le conseil municipal. Les conséquences de cette énorme bêtise sont hélas démontrées...

 

Un kiosque à journaux pour nos belles Barques

20 juillet 2014

Après le stand "Chez Michèle"

, côté Barques, le kiosque à journaux a trouvé sa place devant les Halles, ainsi que cela était programmé dans le cadre du réaménagement des promenades du coeur de ville, réalisé par l'équipe de Jacques BASCOU. Nous souhaitons à Monique et Jean-Marc FAIXO, les adorables marchands de journaux des Halles, de bien profiter de ce nouvel équipement.